Comprendre le fonctionnement du circulateur de chaudière

chaudière

L’appareil de chauffage est certainement l’une des prouesses technologiques remarquables que l’homme ait pu découvrir. La technologie de la chaudière à condensation a révolutionné les systèmes de production de chaleur. Mieux encore, la création du circulateur chaudiere a permis de diversifier les fluides caloporteurs dans une plage de rendement augmenté. De ce fait, l’intrigue apparaît. Circulateur chaudiere : comment fonctionne-t-il ? En quoi la chaudière à condensation est-elle une avancée dans la technologie du chauffage ?

Mécanisme de fonctionnement du circulateur chaudiere

Le circulateur chaudiere est une pompe électrique qui aspire et refoule les fluides caloporteurs d’une chaudière. A l’instar des différentes pompes électriques, le circulateur est un moteur électrique. En tant que tel, il est constitué de deux parties distinctes : le rotor et le stator. Le rotor se compose d’aimants. Comme son nom l’indique, le rotor est un élément tournant. En effet, il effectue un mouvement de rotation autour de l’axe du moteur. Quant au stator, il s’agit d’un élément statique, c’est-à-dire fixe, composé de plusieurs enroulements de bobine. Le principe de fonctionnement de cette pompe de circulation est identique à celui des autres moteurs électriques. Le courant électrique traverse les bobines. En vertu des lois de la magnétostatique, ces bobines vont adopter les propriétés d’un aimant. En conséquence, le rotor qui est déjà un aimant, va subir une force magnétique orientée. Cette force engendre le mouvement orienté du rotor.

Le circulateur installé dans une chaudière à condensation est d’un type spécifique. Il s’agit d’un circulateur chaudiere à rotor noyé. Ceci signifie que le rotor est plongé dans le fluide caloporteur. Afin d’optimiser le transport du fluide, le rotor est muni de roues à aubes. Ainsi, dans le circulateur l’énergie électrique s’est transformée en énergie mécanique. Cette dernière provoque le pompage du fluide caloporteur. Le réglage et l’entretien du circulateur sont accessibles au lien suivant: www.sani-elecservices.fr 

Pourquoi la pompe est-elle nécessaire ?

Le système de chaudière actuel constitue un summum du savoir de l’homme sur le transport de la chaleur par le biais des fluides. Le circulateur chaudiere défie les propriétés visqueuses des fluides caloporteurs. En effet, les liquides et les gaz se caractérisent par des propriétés physiques spécifiques. Ces substances sont constituées par des particules fluides qui se déplacent à des vitesses variables et différentes. Ces particules frottent les parois des tuyaux. En plus, la différence des vitesses entre les couches fluides provoque des chocs entre elles. Ces deux phénomènes constituent la viscosité du fluide. En quoi la connaissance de cela permet-elle de comprendre la nécessité de la pompe ?

La viscosité entraîne une perte d’énergie, appelée perte de charge. Celle-ci se traduit par une diminution de la pression fluide dans le conduit. Le circulateur chaudiere va accélérer les particules fluides. C’est la raison pour laquelle il est également connu sous le nom d’accélérateur ou de pompe de circulation. Dans le système de chaudière des temps passés, l’eau était utilisée comme fluide caloporteur. Son transport ne nécessitait pas de pompe. Ce phénomène s’explique par le fait que sa viscosité est telle que la chaleur produite et la différence de niveaux dans le réseau de conduits procurait une énergie suffisante. Cependant, les autres fluides caloporteurs utilisés actuellement dans les chaudières à condensation présentent une perte de charge considérable. Par conséquent, il devient une nécessité de l’accélérer avec une pompe de circulation.

Les différents types d’accélérateur

La technologie des pompes de circulation offre deux choix possibles de modèles. Il existe ce qui est appelé un modèle à entraxe fixe. L’entraxe désigne la distance existante entre les deux axes du circulateur chaudiere (à l’entrée et à la sortie du fluide). Ces circulateurs sont adaptés à des installations murales. Un modèle plus grand se caractérise par une hauteur d’entraxe de 180 mm. Dans le cas d’une installation plus convenable, il est possible d’arrêter son choix sur un modèle plus petit. Sa hauteur d’entraxe mesure 158 mm.          

Dans un deuxième temps, les constructeurs proposent aussi des circulateurs chaudières à entraxe variable. La fixité du modèle précédent réside dans l’impossibilité de changer l’appareil sans modifier la tuyauterie. Par contre, cet inconvénient est contourné dans le modèle à entraxe variable. En effet, ce dernier se caractérise par la présence d’une bride mobile qu’il suffit de détacher pour remplacer le circulateur. De ce fait, la tuyauterie ne souffre pas de modification forcée.

Chaudière à condensation et économie d’énergie

Une chaudière à condensation est un type récent de la technologie de chaudière. Quelle caractéristique la distinguent des autres types de chaudière ? Sa grande particularité réside dans la récupération des chaleurs contenues dans les gaz de combustion. Cette propriété assure un gain de 20 % d’énergie par rapport à la chaudière classique. Or, les carburants utilisés sont généralement des hydrocarbures. Il s’agit par exemple d’un fioul ou d’un gaz naturel. L’équation bilan de réaction de combustion de telles substances révèle l’apparition d’eau. Il existe ainsi des vapeurs d’eau en suspension dans les gaz sortant du foyer. Dans une chaudière à condensation, ces vapeurs d’eau se transforment en eau liquide qui se déverse dans l’évacuation d’eau usée.   

Zoom sur les bâtiments connectés, l’avenir de la construction
C’est quoi la maintenance corrective ?